La violence et les répresentations de la société cannadienne et brésilienne dans deux romans: convergence ou divergence?

Danielle Forget

Resumo


O Matador (1995) de Patrícia Melo et Leus Fous de Bassan (1982) de Anne Hébert sont deux romans qui présentent, chacun dans son contexte social, des acteurs sociaux qui utilisent le crime comme solution aux problèmes qu'ils affrontent. Ces ceuvres arrivent à renouveler notre réflexion sur la violence. En effet, par les moyens propres du littéraire, la violence se construit dans les romans avec une dynamique où les narrateurs-personnages perdent le contrôle de leurs émotions et expériment des formes d'exclusion. La comparaison des romans permet ainsi de conférer une force accrue à la relation entre l'expérience individuelle et les valeurs sociales.


Palavras-chave


, O Matador, Patrícia Mello, Les Fous de Bassan, Anne Hébert, violência

Texto completo:

PDF (Français (Canada))


DOI: http://dx.doi.org/10.15210/interfaces.v1i1.10526

Apontamentos

  • Não há apontamentos.


ISSN eletrônico: 1984-5677

ISSN impresso: 1519-0994