Le manuel scolaire québécois : Quelques étapes dans sa formation The Textbooks in the Province of Quebec: a Few Steps in Their Evolution

Paul Aubin

Resumo


Le manuel scolaire québécois se développe autour de trois axes, les consommateurs, les producteurs et les régulateurs. Tant que le Québec est une colonie française très peu peuplée (1608-1762), le réseau des écoles ne rejoint qu’une faible partie de la population. Entre 1763 et 1839, le changement d’allégeance se traduit par l’arrivée de nouveaux maîtres et de nouveaux colons de langue et de religion différentes. La toute nouvelle industrie qu’est l’imprimerie commence à produire les premiers manuels imprimés au Québec et s’adapte aux nouvelles réalités. Le contrôle de l’état sur le monde scolaire est pratiquement nul. Changement majeur entre 1840-1875: le tout nouveau Conseil de l’instruction publique se voit confier, parmi d’autres responsabilités, celle de choisir les manuels qui seront approuvés pour l’enseignement. Après, le Conseil de l’instruction publique est scindé en deux comités distincts, un pour les catholiques (majoritairement francophones) et un autre pour les protestants (presque uniquement anglophones). Chacun des deux organismes gère ses écoles et choisit ses propres manuels. En 1965, témoignant des changements rapides que vit la société québécoise, le gouvernement abolit l’ancien Conseil de l’Instruction Publique, théoriquement indépendant du Parlement, et le remplace par un Ministère de l’Éducation. Ce dernier hérite des prérogatives jusque là dévolues au Conseil de l’Instruction Publique, dont la responsabilité de choisir les livres autorisés dans les écoles. Autre signe de changement profond dans la société, les maisons d’édition des communautés religieuses se retirent toutes de ce secteur du commerce.

Palavras-chave: Anglais; Approbation; Catholique; Comité catholique; Comité protestant; Editeur Français; Loi; Manuel; Ministère.

Referências:

Aubin, Paul (dir). 300 ans de manuels scolaires au Québec. S.l.,,Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Les presses de l’université Laval, 2006. 180 p.

Aubin, Paul. « Deux siècles d’exportation du manuel scolaire québécois – L’exemple du Québec », Patrick Cabanel, Une France en Méditerranée (Paris, Creaphis, 2006) :375-390.

Aubin, Paul. « Educational radio in Quebec : a complement to university », Peter Cunningham, Beyond the lecture hall – Universities and community engagement from the middle ages to the present day (Cambridge, University of Cambridge, 2009):61-78.

Aubin, Paul. « La pénétration des manuels scolaires de France au Québec – Un cas-type: les Frères des écoles chrétiennes, XIXe – XX siècles », Histoire de l’éducation, 85 (janvier 2000) : 3-24.

Aubin, Paul. « Le manuel scolaire : une censure en douce- Le modèle québécois », Pascal Durand, La censure de l’imprimé (Québec, Nota bene, 2006) : 361-377.

Aubin, Paul. « Les cahiers d’exercices – Témoins ou agents de transformations dans le monde scolaire? L’Exemple du Québec », Juri Meda, School exercise books (Macerata, Polistampa, 2010) :1131-1143,

Aubin, Paul. Les communautés religieuses et l’édition du manuel scolaire au Québec – 1765-1964.Sherbrooke, Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec, 2001. 131 p.


Texto completo:

PDF (Français (Canada))


DOI: http://dx.doi.org/10.15210/interfaces.v13i2.7258

Apontamentos

  • Não há apontamentos.


ISSN eletrônico: 1984-5677

ISSN impresso: 1519-0994